Chronologie de l'histoire du Cambodge

     
 

En cas de besoin, cliquez ici pour télécharger et installer des polices de caractère Khmer

 
     

Sommaire

     
  Dates   Souverains   Capitales  Monuments  

Événements

 
           

Le Cambodge entre le Siam et le Dai-Viet (Vietnam)

 
  1794-1796                Ang-Eng      

Ang-Eng, couronné à Bangkok par le roi du Siam, rentre au Cambodge.
En 1794, le Siam annexe les provinces de
Battambang et d’Angkor dont Bèn est nommé gouverneur par le roi du Siam.

 
                 
  1796-1834   Ang Chan II      

Fils aîné de Ang-Eng, Ang Chan II devient roi à 5 ans et le mandarin Pok assure la régénce.

 
                 
  1798          

Pok envoie un contingent cambodgien aider les siamois à combattre les birmans.

 
                 
  1800          

Pok envoie un contingent cambodgien aider l’empereur annamite Gia Long à vaincre les Tay Son.

 
                 
  1806          

Ang Chan II est couronné à Bangkok en 1806.
Rentré au Cambodge, le roi devra faire appel aux.annamites(Vietnamiens) pour lutter contre ses 2 frères,
Ang-Em et Ang Duong (soutenus par les siamois).

 
                 
  1813          

Le Siam annexe tout simplement les provinces de Melou Prei, de Tonlé Ropeuv et de Stung Treng.

 
                 
  1815          

L’empereur annamite(vietnamien) exige la levée d’une corvée des cambodgiens pour creuser deux canaux (Vinh-tê et Vinh-an) dans le delta du Mékong.

Des incursions siamoises et annamites se multiplient pour obtenir la domination sur le Cambodge.

 
                 
  1834-1842   La Reine Ang Mey      

 La seconde fille de Ang Chan II, Ang Mey est couronnée reine. La tenue vestimentaire annamite (vietnamienne) et la langue vietnamienne sont imposées au Cambodge (administré par le général annamite Truong Minh Giang).

 
                 
  1840          

La région de Srok Traing (devenu Soc Trang) est annexée au Dai-Viet (Vietnam).

De 1841 à 1846 le Cambodge n’existe plus comme entité politique car la partie septentrionale est occupée par le
Siam et le reste du territoire est annexé au Dai-Viet (Vietnam).

 
                 
             

 

 
           

Le roi Ang Duong

 
  1842          

Frère de Ang Chan II, Ang Duong reprend Oudong avec l’aide des siamois et résiste à l’armée annamite (vietnamienne).

 
                 
  1846          

Un accord de paix est signé.

 
                 
  1847-1859   Ang Duong   Oudong  

Ang Duong est couronné par les représentants du Siam et du Dai-Viet (Vietnam) en 1847.

 
                 
             

Le Cambodge compte moins de 800 000 habitants vers les années 1850 et son espérance de survie n’aurait pas dépassé 20 ans. Le roi Ang Duong est sans doute conscient de cette situation et fait donc appel au père Jean Claude MICHE qu’il avait connu à la cour de Bangkok pour se mettre en rapport avec la France.

 
  14 juin 1853          

Mgr Miche traduit une lettre du roi Ang Duong, destinée à Napoléon III.

 

                 
  novembre 1855          

Napoléon III confie à M. de Montigny, ministre chargé de mission au Siam et en Chine, le soin de négocier « au passage » un traité d’alliance et de commerce avec le Cambodge.

 
                 
  Octobre 1856          

M. de Montigny arrive au Cambodge, en rade de Kampot. D’une part, le diplomate confie la tache au père Hestret (curé de Kampot) d’aller traiter avec le roi à Oudong, et d’autre part il informe Bangkok de sa démarche. Le messager est reçu devant toute la cour sous la surveillance des Siamois. Craignant des répressions siamoises, le roi Ang Duong tient des propos injurieux à l’égard de de Montigny et le projet échoue tout simplement

 
                 
  17 Février 1859          

Les Français commencent la conquête de la Cochinchine

 
                 
  19 Octobre 1860          

Le roi Ang Duong meurt avant qu’un accord puisse intervenir.

 
                 
  Sommaire          

Haut de page

 
           

Période du protectorat français

 
  1860-1907   Norodom      

Le roi Norodom
Ang Voddey, fils aîné de Ang Duong, désigné comme successeur, prend le nom de règne de Norodom.
La révolte de l’un de ses frères,
Si Votha l’oblige à se réfugier au Siam.
Mgr Miche joue un rôle non négligeable pour chasser les insurgés et fait rapatrier Norodom.

En juillet 1863, l’amiral
de la Grandière prend l’initiative de confier au capitaine Doudart de lagrée le soin de négocier un accord de protectorat avec le roi.

 
                 
  11 août 1863          

Norodom signe un traité de protectorat et le gouvernement de Napoléon III ne fait qu'entériner le fait accompli.

 
                 
  3 juin 1864          

Norodom est couronné en présence des représentants de la France et du Siam.

 
1864-1866 Révoltes de l’Achar Sva.
                 
  1865-1867           Révoltes de Porkambor.  
                 
  décembre 1865       Phnom Penh  

Norodom s’installe à Phnom Penh qui devient définitivement la capitale du Cambodge.

 
                 
5 juillet 1867

Un traité franco-siamois relatif à la reconnaissance du protectorat français sur le Cambodge, mais en contrepartie le Siam garde les provinces de Battambang et de Siem Reap qu’il avait auparavant annexés.

                 
             

Après 20 ans de protectorat, Norodom veut garder les institutions traditionnelles et reste réticent devant les projets de réformes administratives, économiques et judiciaires. Ces mesures sont indispensables pour faire passer le Cambodge du Moyen Age vers l’époque moderne, notamment en matière de l’abolition de l’esclavage.

 
                 
  17 juin 1884          

Norodom est réveillé dans la nuit pour signer une convention sous la menace du gouverneur de Cochinchine, Thomson, lequel aligne les canonnières devant le Palais Royal.
Les Français procèdent maintenant à une administration directe du Cambodge.

 
  1885-1886          

L’insurrection généralisée oblige les Français à différer l’application de la convention de 1884.

 
                 
  1889-1897          

Le résident supérieur de Verneville intrigue par le truchement de sa concubine cambodgienne et noyaute le conseil des ministres dont Thioun est le secrétaire adjoint. Au début de 1897, de Verneville fait constater par deux médecins que Norodom est atteint de la démence sénile.
Doumer, le nouveau gouverneur général découvre la supercherie de de Verneville, celui-ci est remplacé par Ducos.
Finalement
Norodom est dépossédé de pouvoir par une ordonnance royale du 11 juillet 1897. Tandis que Thioun, nommé ministre du palais en 1902 par les Français, devient progressivement l’homme le plus puissant du royaume.
Norodom meurt le 25 Avril 1904 à 17 heures.

 
                 
  1904          

Rétrocession des provinces de Stung Treng, de Tonlé Ropeuv et de Melou Prei.

 
                 
  Sommaire          

Haut de page

 
           

Le roi Sisowath

 
  1904 -1927   Sisowath   Phnom Penh  

Demi-frère de Norodom, Sisowath est né le 7 Septembre 1840 à Battambang. En 1867, il se met au service des français dans la lutte contre Porkambor . Il est nommé Obbareach (second roi) en 1868 et il conduit une opération de répression lors de l’insurrection de 1885-1886
A la mort de
Norodom, Sisowath est aussitôt proclamé roi selon la volonté des administrateurs français.

 
                 
  28 Avril 1906          

Sisowath est couronné roi à l’âge de 66 ans. En offrant un soutien inconditionnel aux autorités françaises, le roi est seulement le symbole de la tradition et le garant de la légitimité de l’administration coloniale.

 
                 
  23 Mars 1907          

Traité franco-siamois relatif à la restitution, au Cambodge, des provinces de Battambang, de Siem Reap et de Sisophon que le Siam occupait indûment depuis 1794.

Le développement sous le règne de
Sisowath
Une école d’administration pour former des fonctionnaires.
Une école supérieure de pâli
Un collège d’enseignement secondaire nommé
 Sisowath.
Un hôpital comportant 150 lits en 1905, 200 lits en 1927, nommé
Preah Ket Mealea et une maternité toute proche.

 
             

La culture de l’hévéa est introduite par les Français dans les années 1920.

 
                 
  1914          

Sisowath est favorable au recrutement des tirailleurs cambodgiens pour aller combattre en France.

Sisowath meurt le 9 Août 1927.

 
                 
             

 

 
           

Le roi Monivong

 
  1927-1941   Monivong   Phnom Penh  

Fils de Sisowath, Monivong fait ses études militaires en France. Il est couronné en Juillet 1928 et sa collaboration avec les autorités française a toujours été franche et loyale.

 
                 
  Septembre 1940          

La France, vaincue par les allemands, est obligée d’accepter l’occupation japonaise en Indochine. Profitant de cette situation, les Siamois qui venaient d’abandonner le nom de leur pays, le Siam pour adopter celui de la Thaïlande, font alliance avec les Japonais. La Thaïlande est autorisée par le Japon à usurper de nouveau les provinces cambodgiennes de Battambang et de Siem Reap.

 
                 
  1941          

Monivong meurt le 22 Avril 1941 et à cette année là, la  population  du  Cambodge  est estimée à 2 600 000 habitants dont 250 000 Annamites,     105 000   Chinois,     73 000 Musulmans  (Malais et Chams)    et  1 800 Français.

 
                 
  Sommaire          

Haut de page